Skip directly to content

You are here

cette heure du matin

Photo : Werner Büchler                                                       
Solo de danse théâtre - 20 minutes
Texte, chorégraphie et interprétation par Leïla Gaudin - Musique par moOx

Présentation
Une femme sur le point de partir travailler n’y parvient pas. C’est une belle battante pleine de priorités, cette femme. Nous, français, admettons peut-être parfois les retards, mais à New-York on se fait licencier pour moins que ça. Donc elle les prend à bras-le-corps, les contretemps, jusqu’au ridicule, et même un peu plus loin. Là où on se dit qu’un matin comme les autres peut devenir une exception. 
Entre gestes et mouvements, paroles et sons, cette heure du matin célèbre un quotidien.

cette heure du matin existe en deux versions, pour la salle et pour la rue.
Spectacle créé avec le soutien de La Fonderie, Université Paris III, Ville d’Agde, la Compagnie Le Toucanlouche
Version rue co-produite par l'Avant-Scène Cognac et le Centre National des Arts de la Rue en Poitou-Charentes

 

Tournée
Créé au Festival Fatras (Agde) août 2009, cette heure du matin a été repris au Festival Effervescence (Vallabrix), au Festival TRACE (Gottechain, Belgique), au Regard du Cygne (Paris), au Théâtre du Grand Rond (Toulouse), à TheaterLab (New York), au Cabaret des Signes (Chalette s/ Loing), au Théâtre du Fil de l'eau (Pantin) dans le cadre des Petites Scènes Ouvertes 2011, en séminaire d’entreprise (Montauban), à Mains d'Œuvres (St Ouen) dans le cadre des Incandescences, du Festival Respirations, du dispositif Un Artiste à la Maison et des 10 ans, à la Chapelle Fromentin (La Rochelle) dans le cadre des PSO, au Local (Paris), au Colombier (Bagnolet) dans le cadre de Entrez dans la Danse, à la Carrière de Normandoux (Tercé), au festival Coup de Chauffe (Cognac), au Mac Orlan (Brest) dans de cadre des Dits de Danse, au Théâtre de Pierre (Fouzilhon), Festival les Éclats Chorégraphiques (Barbezieux et Civray), Théâtre du Fil de l'Eau (Pantin) dans le cadre de Danse en Chantier 2013, à la Maison Populaire de Montreuil, au Théâtre Scène Nationale de Mâcon, au Festival Ubürik (Prémilhat), aux Roches (Montreuil), à la Boutique des Frissons (Paris), au Festival Passe à la Maison (St Denis), Maison de Quartier du Grand Air (Montreuil), Bibliothèque Faidherbe (Paris).

 

Extraits vidéo

 

Critique
mouvement.net  - par Eric Demey et Pascaline Vallée - Juin 2011
Également seule sur scène, Leïla Gaudin joue, elle, la carte de l’humour avec cette heure du matin. Transformée en working girl new-yorkaise qui s’apprête à partir au travail, robe noire à 1 500 dollars et chignon serré, elle mue cette figure stricte en exploratrice des petits délires quotidiens, sursautant en lançant ses épingles à cheveux comme des bombes ou appelant Dieu à l’aide quand ses pieds refusent de rentrer dans ses escarpins (demande à laquelle Jésus répond, évidemment). Une démonstration autant chorégraphiée que parlée, les deux s’imbriquant à merveille. Ses scansions accompagnées de gestes (« I have to go to work/But I can’t put my shoes on/ So I can’t go to work/But… ») sonnent comme en écho au travail du jeune new-yorkais Daniel Linehan dans Zombie-Aporia, jouant du rythme et du sens des mots jusqu’à l’étourdissement.

 
Pour plus d'information : contact@no-man-s-land.com